Affaire d'enrichissement illicite de la 7° République : La fille d'un ministre d'Etat nigérien prise au piège!

Certains pontes de la 7° République sont sous le régime de la renaissance des " hommes accomplis ". Ils sont comblés parce que plein aux as. Non seulement, ils se la coulent douce mais, ils jonglent tellement bien avec les espèces sonnantes et trébuchantes au point de transformer en un laps de temps leurs rejetons en bons milliardaires.
Comment comprendre et expliquer le fait que la fille d'un ministre fut-il d'Etat de la 7° République, comment disons- nous, admettre que la fille de ce fameux ministre d'Etat qui qu'il soit, puisse être en possession  de la rondelette somme de plus d'un milliard de FCFA, soit plus de mille millions de FCFA ? D'accord que la 7° République justifie de pas moins de quatre ministres d'Etat que sont les sieurs Amadou Boubacar Cissé, Omar Hamidou Tchiana dit Ladan, Bazoum Mohamed et Abdou Labo. Mieux encore, des quatre membres du gouvernement cités, l'on sait qu'Omar Hamidou Tchiana lui au moins n'a pas de fille d'un grand âge lui permettant de s'inscrire dans une université française, puisque jeune. Il ne reste alors que le cas des trois autres ministres d'Etat. Amadou Boubacar Cissé, Bazoum Mohamed et Abdou Labo en l'occurrence. Le premier cité est certes père de famille, mais ses relations nous confirment qu'il n'a pas de grande fille, ses grands enfants étant des garçons dont l'ainé a convolé en juste noces l'année dernière. Quant à Abdou Labo, il a certes de grandes filles mais étudient plutôt aux Etats-Unis. D'où il ne reste que le cas du quatrième ministre d'Etat ainsi indexé du fait de nos investigations.  La salve, que dis-je, l'insulte est vraiment grosse à l'endroit des Nigériens. Même si c'était le ministre d'Etat en personne qui avait été pris en détention de cette somme, nous trouverons évidement à dire et à redire sur son cas, puisque tout de même, il n'est pas ministre de l'Etat du Qatar ou même du Bahreïn. Mais personne n'est dupe. Nous le savons bien, pour le cas qui nous concerne, la fille du ministre d'Etat nigérien n'est pas à priori propriétaire de ladite somme.
Elle n'a en fait servi que de relais d'une transaction dont elle ignore les moindres ficelles. Toujours est-il que la fille de notre ministre d'Etat est en ce moment en train de filer du mauvais coton puisqu'elle a maille à partir avec les services français chargés de la répression de l'enrichissement illicite et du blanchiment d'argent. Aux dernières nouvelles, notre demoiselle, serait confondue au point où elle ne sait plus à quel saint se vouer. Un véritable casse-tête chinois à vrai dire, puisque même son paternel a été pour ainsi dire, surpris par la promptitude avec laquelle les services français ont découvert le pot- aux roses. La transaction aurait  été  amorcée depuis la capitale du Faso d'où l'argent a été tout bonnement viré dans le compte de la jeune fille de notre ministre.
Quel est donc ce ministre d'Etat nigérien dont les transactions privées pourraient caracoler aux environs du milliard de francs CFA ?
Ce qu'il faut aussi surtout dire est un fait consacré : les services français chargés de surveiller ce genre de transactions monétaires ne sont pas des enfants de cœur. Tout le monde le sait puisque d'anciennes hautes autorités comme l'ancien président Jacques Chirac ou plus récemment encore Nicolas Sarkozy ont pratiquement frôlés d'aller en prison pour des faits similaires notamment l'enrichissement illicite ou encore le blanchiment d'argent. Pauvre Niger ! Ainsi donc va " la renaissance " ! Des ministres en fonction qui s'en mettent plein les poches au point de pourvoir les comptes bancaires de leurs rejetons à hauteur de plusieurs milliers de millions de nos francs !
Qui ravissent la vedette à…. Crésus ! Si tant est que la HALCIA a été créée pour traquer les indélicats financiers de tous bords, voici en l'occurrence un dossier chaud sur lequel cette institution devrait impérativement se pencher. Mais qui pourra pousser ce dossier plus loin au regard de la personnalité du ministre incriminé ?              

Amadou El Cissé

Journal en cours N° 253